Bienvenue sur Prechemoi.com.   Click to listen highlighted text! Bienvenue sur Prechemoi.com. Powered By GSpeech



French Dutch English German Italian Portuguese Spanish Swahili

L’exemple d’Isaac

  • Published: Saturday, 17 October 2015 16:33
  • Hits: 4761

Nulle personne craignant Dieu ne peut, sans danger, s’unir à un conjoint qui n’a point cette crainte.

Le bonheur et la prospérité de l’hymen dépendent de l’union des deux époux. Or, entre le croyant et le non-croyant, il existe une divergence radicale de goûts, d’inclinations, de projets. Ils servent deux maîtres distincts et inconciliables. Les principes du conjoint croyant ont beau être purs et irréprochables, la vie en commun l’attirera loin de Dieu. –

 Celui qui est entré inconverti dans les liens du mariage, et qui vient à se donner à Dieu, n’en est que plus obligé d’être fidèle à sa compagne, et vice-versa, quelles que soient leurs discordances en matière religieuse. On doit néanmoins considérer que les obligations envers Dieu sont bien plus impérieuses que les relations terrestres, même si des épreuves ou la persécution devaient en être le résultat. Si cette fidélité est accompagnée d’affection et de douceur, il y a des chances que le croyant finisse par gagner à la foi son conjoint non croyant. Mais les mariages entre chrétiens et infidèles sont interdits dans la Bible. L’ordre du Seigneur est formel: “Ne vous mettez pas sous un joug étranger, en vous unissant aux infidèles.” 

Divinement honoré du titre d’héritier de promesses destinées au monde entier, Isaac, âgé de quarante ans, s’était soumis à la décision de son père, qui avait chargé un serviteur pieux d’aller lui chercher une épouse. Le résultat de ce mariage nous est donné dans ce touchant tableau de bonheur domestique: “Puis Isaac conduisit Rébecca dans la tente de Sara, sa mère; il prit Rébecca pour femme, et il l’aima. Ainsi Isaac fut consolé après la mort de sa mère.”
 
Quel contraste entre la conduite d’Isaac et celle de la jeunesse actuelle, même parmi les chrétiens! Ne voit-on pas, trop souvent, les jeunes revendiquer comme leur prérogative exclusive le droit de choisir un époux ou une épouse, sans la moindre idée de consulter à ce sujet soit Dieu, soit leurs parents, et cela même des années avant d’être arrivés à l’âge de maturité? Quelques années de vie en commun suffisent en général pour les convaincre de leur erreur, alors qu’il est souvent trop tard pour en réparer les funestes conséquences. Cette même pétulance manifestée dans le choix d’un conjoint se manifeste dans la vie matrimoniale, et le mal s’aggrave au point qu’elle devient intolérable. Nombreux sont ceux qui ont ainsi compromis leur bonheur en cette vie et leur espoir d’une vie future.
La déférence d’Isaac pour le jugement de son père était le résultat de l’éducation qu’il avait reçue et qui lui avait fait aimer une vie d’obéissance. Tout en exigeant de ses enfants le respect de l’autorité paternelle, Abraham prouvait par sa vie quotidienne que cette autorité n’émanait pas d’une volonté égoïste ou arbitraire, mais qu’elle naissait d’une affection n’ayant en vue que leur bien-être et leur bonheur. 
S’il est un sujet qui devrait être attentivement examiné, et sur lequel on devrait rechercher le conseil de personnes plus âgées et plus expérimentées que soi, c’est le sujet du mariage. Si jamais la Bible est nécessaire comme conseiller; si jamais il importe de demander par la prière les directions de Dieu, c’est avant de faire le pas qui liera deux personnes pour la vie.
 
Les parents ne doivent jamais oublier leurs responsabilités vis-à-vis du bonheur de leurs enfants, pas plus que leur devoir de guider leurs affections au sujet de leurs futurs compagnons d’existence. Par leurs paroles et par leur exemple, ils ont pour mission, avec l’aide de la grâce divine, de former le caractère de leurs enfants de telle façon que, dès leurs plus tendres années, ils soient animés de sentiments purs et nobles, et attirés par le bien et le vrai. Qui se ressemble s’assemble. Implantez de bonne heure dans leur âme l’amour de la vérité, de la pureté et de la bonté, et ils rechercheront la société de ceux qui possèdent ces mêmes dispositions....
 
Le vrai amour naît d’un principe saint et élevé, totalement différent des attachements qu’éveille une flamme soudaine qui s’éteint à la première épreuve sérieuse. C’est par le fidèle accomplissement des devoirs qui incombent à la jeunesse au foyer paternel, qu’elle se prépare en vue de se créer un foyer à son tour. C’est là qu’elle doit apprendre le renoncement, la bonté, la courtoisie et la sympathie chrétienne. Celui qui, le cœur plein d’une chaude affection, quitte votre toit pour prendre la direction d’un foyer nouveau, saura comment faire le bonheur de celle qu’il aura choisie pour compagne de sa vie. Au lieu d’être la fin de l’amour, le mariage n’en sera que le commencement. 

Dans la même catégorie

Qui est en ligne

We have 297 guests and 8 members online

No event in the calendar
May 2019
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Heure d'Ouverture en ligne:

Monday
19:00 - 00:00
Tuesday
19:00 - 00:00
Wednesday
19:00 - 00:00
Thursday
19:00 - 00:00
Friday
19:00 - 00:00
Saturday
12:00 - 22:00
Sunday
09:00 - 00:00


Articles:
Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech